Les requérants d’asile mineurs non accompagnés dans le Canton de Vaud: comment la prise en charge est-elle vécue par des éducatrices et des bénévoles ?

Author(s) : Mélissa Pasche

Source : http://doc.rero.ch/record/309012

Abstract: Lire la suite

L’accompagnement des requérants d’asile déboutés par les associations d’action sociale : quelle complémentarité avec les actions de l’ État?

Author(s) : Alexandra El Hayek, Nelly Joost

Source : http://www.trait-dunion.ch/blog/wp-content/uploads/2018/11/TB17_ElHayek_Joost_2017.pdf

Abstract:

«Les RAD [requérant-e d’asile débouté-e] dont l’accès aux services sociaux est limité, font appel aux associations d’action sociale pour compléter l’aide d’urgence et obtenir de quoi survivre (Povlakic, 2011) ; cette aide octroyée pour subvenir à leurs besoins vitaux ne suffit souvent pas à les protéger contre la misère (Trummer, 2008). Les RAD qui ont reçu une décision négative suite à une audition sur leurs motifs d’asile par le Secrétariat d’Etat aux migrations [SEM] (complétée ou non par une audition fédérale supplémentaire) doivent en règle générale quitter le territoire suisse. Parfois, l’absence de papier d’identité, le manque d’accords entre la Suisse et le pays d’origine ou l’admission provisoire délivrée, rendent la décision de renvoi difficile à exécuter (Amalaman, 2016). Nous avons fait le choix de traiter uniquement de la question des RAD qui ne peuvent être renvoyés dans leur pays d’origine ou ne veulent pas quitter le territoire – soit parce qu’ils se sont installés le temps de l’examen de leur demande d’asile, soit parce qu’ils ont pu travailler et créer des liens sociaux. Les organisations privées reçoivent cette population confrontée à des difficultés sociales dont les risques psychosociaux liés à leur statut ne peuvent être négligés. Notre revue de la littérature a pour objectif d’identifier la manière dont les actions des associations d’action sociale et de l’État se complètent dans l’accompagnement des RAD.»

Lire la suite