La mesure du fait migratoire en Suisse par le titre de séjour des étrangers (1949-1989)

Author(s) : Jean-Marie Le Golf

Source : https://www.erudit.org/fr/livres/actes-des-colloques-de-lassociation-internationale-des-demographes-de-langue-francaise/les-migrations-internationales-observation-analyse-perspectives-actes-colloque/001352co/

Abstract:

« Cet article a pour objet d’analyser les instruments qui ont été utilisés en Suisse durant la deuxième moitié du XXe siècle en vue de mesurer le fait migratoire. Durant les années 1920 et1930, les autorités helvétiques mettent en place une politique de permis de séjour dans laquelle les étrangers sont distingués selon la durée et le type de séjour en Suisse (Arlettaz, 1985). Les titres de séjour vont ainsi se diviser en quatre grandes catégories : 1) les séjours de courte durée(souvent annuels), conditionnés par l’exercice d’une activité professionnelle ; 2) les séjours de longue durée ou permis d’établissement, ces titres étant octroyés à des étrangers résidant en Suisse depuis une durée de 5 à 10 ans, selon la nationalité ; 3) les titres délivrés à des travailleurs saisonniers (agriculture, construction), la durée de séjour ne pouvant excéder 9 mois (le permis étant néanmoins renouvelable) ; 4) le permis frontalier, délivré à des étrangers travaillant en Suisse mais résidant dans les régions limitrophes de la Suisse. »

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s