La Croix-Rouge suisse, Secours aux enfants. Les grandes figures de Justes et le sauvetage

Author(s) : Helena Kanyar-Becker

Source : https://doi.org/10.3917/rhsho.210.0131

Abstract:

« La Croix-Rouge suisse (CRS) n’a commencé à développer l’aide aux enfants qu’à la fin 1941, à l’instigation du gouvernement suisse. (Le Secours aux enfants suisse avait été créé en 1917, avec la naissance de ce que l’on a appelé les « trains d’enfants ».) Parce que la CRS était une organisation militaire, il lui fallut modifier ses statuts pour fusionner avec l’aide volontaire aux enfants. Le Cartel suisse de secours aux enfants victimes de la guerre fut créé en janvier 1940 à partir de dix-sept associations humanitaires. Cette organisation, qui fonctionnait bien, gérait en zone libre, dans le sud de la France, dix foyers pour enfants, deux foyers pour nourrissons (« pouponnières ») et une maternité à Elne, où purent accoucher d’abord les femmes catalanes et espagnoles des camps de prisonniers, puis également les femmes juives. On dénombre la naissance à Elne de 603 enfants. Le souvenir de l’enseignante Bethli Eidenbenz, qui fonda la maternité d’Elne au cours de l’automne 1939 et la dirigea, y est toujours vivace. Elle a aussi reçu le titre de Juste parmi les nations. »

The Swiss Red Cross and the rescue of children: heroes and saviours

« By recommendation of the government, the Swiss Red Cross merged with the volunteer organisation Secours aux enfants (Children’s Aid Society) at the end of 1941, even though it had been involved in this issue since 1917. Between 1933 and 1939, Mathilde Paravicini, on behalf of the Comité suisse d’aide aux enfants d’émigrés (Swiss Emigrant Children’s Assistance Committee), gave approximately 5,000 children of emigrants safe haven in Switzerland. Young Swiss men and women sided with the Republican cause during the Spanish Civil War alongside the Comité neutre de secours aux enfants d’Espagne (Neutral Assistance Committee for Spanish Children), a popular organisation known as Ayuda suiza. During the winter of 1939, they took care of Catalan, Spanish, French, and later Jewish children in southern France. By January 1940, they oversaw, as part of the Cartel suisse de secours aux enfants victimes de la guerre (Swiss Aid Association for Child War Victims), ten children’s homes, two infant care centres, and a nursery for mothers and young children. In the 1940s, nurses started setting up temporary health clinics in prison camps, where they took care of children and the elderly. The directors of the Swiss Red Cross, specifically the top officers in Bern, tried to stop young activists from saving Jews. Until the summer of 1944, Switzerland’s official policy did not accept refugees “solely for racial reasons”. The result was the tragic conflicts that occurred in southern France. The Red Cross and Children’s Aid Society failed to fulfill their humanitarian mission. The officers even refused to save 500 Jewish children from deportation to extermination camps. The organisation’s workers, however, stepped in to usher them to safety. »

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s