Rendre des comptes aux enquêteurs d’un service de naturalisation

Author(s) : Laurence Ossipow, Maxime Felder

Source : https://archive-ouverte.unige.ch/unige:75506

Abstract:

« Ce chapitre décrit une enquête qualitative réalisée par Laurence Ossipow et Maxime Felder dans un service d’Etat chargé d’étudier les dossiers des étrangers souhaitant obtenir la nationalité suisse par naturalisation. Dans leur article, les auteurs soulignent que cette enquête a été réalisée dans un climat politique particulièrement tendu. En effet, la question de la naturalisation des étrangers est propice aux réactions xénophobes car elle vient directement interroger les contours de la nation et de l’identité suisses. Dans ce contexte, en se concentrant sur la partie de la recherche où ont été observés et interviewés les « enquêteurs » chargés d’étudier et de statuer sur les dossiers de demandes de naturalisation (en fonction de critères objectifs, mais aussi moraux, c’est-à-dire considérés comme « positifs » ou « négatifs » pour le pays d’accueil), Ossipow et Felder interrogent la posture scientifique et éthique que les chercheurs ont dû adopter pour restituer, à des fins éthiques et heuristiques, les résultats intermédiaires de leurs observations aux « enquêteurs » enquêtés. Dans la pratique, en mobilisant leurs « carnets de terrain », Ossipow et Felder analysent comment ils ont procédé pour que les « enquêteurs » du service de naturalisation (plutôt sur la défensive vis-à-vis des critiques extérieures car souvent ridiculisés par une partie des médias assimilant ces fonctionnaires à des agents tatillons ayant des pratiques arbitraires), comprennent que le travail scientifique comporte souvent une part de conflictualité nécessaire à l’analyse de phénomènes complexes. La contribution d’Ossipow et Felder permet ainsi de souligner qu’un travail de recherche portant sur des sujets sensibles comme celui de l’immigration amène inévitablement à questionner l’utilisation de pratiques (tests ou examens de naturalisation) ou de concepts (intégration, assimilation, communautarisme…) ayant un sens politique. Dans ce cadre, le texte d’Ossipow et Felder montre que, notamment lorsqu’ils étudient des « questions chaudes », les chercheurs doivent penser et organiser la restitution de leur travail critique en faisant en sorte que celui-ci ne soit pas considéré par les enquêtés comme une opération de délégitimation et de stigmatisation individuelle et/ou collective qui les rendraient imperméables à un travail d’auto-analyse sur l’ambivalence de leurs propres pratiques. »

Mots-clés : Naturalisation, Suisse, Genève, Intégration, Méthodologie, Critique, Ethique, Déontologie, Restitution, Enquête, Terrain, Faiseurs de Suisses, Enquêteurs

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s