Suisse blanche, « vision noire » ou « zone grise » ? L’ambiguïté dans les débats sur l’histoire de la Suisse pendant la seconde guerre mondiale

Author(s) : Marc Perrenoud

Source : http://exil-ciph.com/2016/03/03/2016_suisse-blanche-vision-noire-ou-zone-grise-_perrenoud/

Abstract:

Au cours des années 1980 et 1990, les débats sur la Seconde Guerre mondiale ont fait émerger de nouveaux paradigmes et des concepts novateurs. Primo Levi a proposé d’analyser les ambiguïtés de la zone grise, qui sépare et relie à la fois le camp des maîtres et des esclaves. Dans ce contexte, de nouvelles analyses de la Suisse de 1933 à 1945 ont provoqué des débats, parfois virulents, sur la neutralité, l’armée et l’identité nationale de la Suisse. Les prestations économiques et financières pour l’Axe, les restrictions dans la politique d’asile, les ambivalences de la politique humanitaire ont été analysées par des travaux historiques qui s’éloignent des images propagées après 1945. Utiles à la fois à l’Axe et aux Alliés, aux nazis, aux fascistes et à leurs victimes, la Suisse et les Suisses ont pu à la fois séparer et relier le camp des bourreaux et des victimes. Les ambiguïtés de cette zone grise nécessitent des analyses sur le passé et sur le présent, même si elles provoquent de profondes divergences au sein de la société suisse.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s