Démographie et identité nationale (1850—1914) : La Suisse et «La question des étrangers»

Author(s) : Gérald Arlettaz

Source : https://www.amtsdruckschriften.bar.admin.ch/viewOrigDoc/80000077.pdf?ID=80000077

Abstract:

Avant de devenir un champ important de recherche en histoire et en science sociale, l’examen des faits démographiques a d’abord été un objet de réflexion politique, culturelle et économique. En effet, le pouvoir et les élites ont toujours été mis en cause par le comportement des populations, sentant que cette question était fondamentale dans la mesure où elle tendait à déterminer l’avenir de l’Etat et de la collectivité nationale ou régionale. Dans cette perspective, la connaissance du mouvement naturel et de la mobilité spatiale des populations est une préoccupation constante et nécessaire de ceux qui entendent contrôler les enjeux d’une société. Quant à l’interprétation de ces faits, elle résulte d’un ensemble de facteurs liés à l’évolution globale de la société. La connaissance des faits démographiques est directement liée à l’observation et au développement de la quantification. Jacques et Michel Dupâquier ont montré dans quelles conditions sociologiques et institutionnelles la statistique démographique s’est affirmée dès le début du XIXe siècle.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s